Parmi les loups et les bandits

  • Titre : Parmi les loups et les bandits
  • Année : 2016
  • Auteur ; Atticus Lish
  • Editeur : Buchet Chastel
  • Résumé : New-york post 11 septembre, Zou Lei clandestine d’origine ouïghoure tente de survivre parmi les immigrés chinois tandis que Brad Skinner qui rentre d’Irak subit un grave symptôme post-traumatique. Tous les deux vont se rencontrer dans le Queens et vivre une histoire d’amour chaotique au grès des crises de Brad et de la situation précaire de Zou Lei.
  • Mon humble avis : J’attaquais cette lecture avec envie, le sujet me paraissait intéressant et l’oeuvre auréolée de nombreux prix et de très bonnes critiques devait à priori me procurer un grand plaisir de lecture. Hélas de plaisir il n’y eut point et je m’en rendis compte assez rapidement. En effet le style de phrases saccadées imposé par l’auteur m’a rapidement irrité et les descriptions de plusieurs pages des bas-fonds new-yorkais m’ont profondément ennuyé. Malgré mes efforts je n’ai jamais pu rentré en empathie avec aucun des personnages de ce roman qui m’a paru interminable et chaotique.Le style de l’auteur peut également surprendre avec ses dialogues noyés dans le texte sans aucune ponctuation particulière et cet usage intensif des pronoms personnels. Au vu d’autres critiques lu récemment, l’aspect clinique et distancié de l’écriture de Lish est volontaire et preuve du talent de l’auteur. Je veux bien l’admettre mais je pense sincèrement que beaucoup de lecteurs vivront cette lecture comme je l’ai vécu, c’est à dire laborieusement. J’ai rarement lu un livre que je qualifierais comme celui-ci d’antipathique et glacial et j’ai beau chercher des qualités à ce roman, les qualificatifs peinent à venir tant il m’a irrité et déçu. Une nouvelle fois ( ce fut le cas récemment avec city on fire ) peut-être suis-je passé à côté d’un grand roman ? peut-être n’y ai-je rien compris ? En tout cas cette lecture qui me parraissait pourtant prometteuse m’a laissé de marbre et je ne la recommanderais absolument pas. Je n’ai pas pour habitude d’avoir un avis aussi tranché sur une oeuvre mais je dois avouer un soulagement proche de l’extase à la pensée d’en avoir fini avec ce roman, c’est dire….
  • J’achète ? : Non, pour toutes les raisons évoquées plus haut et parce que ce roman de 550 pages ne devrait, à mon humble avis, n’en comporter que 300.

parminous

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s