Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier

  • Titre : Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier    Nobel 2014
  •  Souvenir de lecture
  • Année : 2014
  • Auteur : Patrick Modiano
  • Editeur : Gallimard
  • Résumé : Un homme appelle Jean Daragane car il a retrouvé son carnet d’adresse. Lors de la remise de ce fameux carnet, l’homme questionne Jean sur un certain Guy Torstel nommé dans ce carnet. Daragane va fouiller dans ses souvenirs pour tenter de résoudre cette énigme : qui est Torsten et pourquoi son nom figure-t-il dans son carnet ?
  • Mon humble avis : Modiano est un auteur qui a toujours bénéficié d’une réputation flatteuse et ce, bien avant d’avoir reçu le prix Nobel de littérature. Dans les années 90 je m’y suis intérressé et me procurai deux ouvrages de l’auteur de Boulogne : Dora Bruder et du plus loin de l’oubli. Si le premier m’avait plutôt plu le deuxième m’a profondément ennuyé et c’est donc avec ce souvenir mitigé que je me procurais le dernier roman de Modiano auréolé du prestigieux prix Nobel 2014. Ce roman est court, à peine 144 pages et pourtant je dois bien avouer qu’il m’a plongé dans un profond abîme d’ennui et de perplexité. Dès les premières pages des pistes sont ébauchées, j’ai imaginé une suite nimbée de roman policier, imaginé mille choses puis le texte s’écoule sans en avoir suivi aucune et votre humble serviteur finit ce roman sans avoir eu l’impression de le commencer, sentiment rare et frustrant. On a beaucoup parlé de la petite musique de Modiano et de son style charmant, pour ma part je n’ai entendu que cacophonie et platitude… Encore une fois (après City on fire) je dois admettre mon insensibilité devant ce type de littérature ou peut-être suis-je passé à côté d’un grand auteur mais, à la finale, cette oeuvre m’a laissé dubitatif et ne m’aura procuré qu’ennui et incompréhension. Je suis désolé pour les fans, qui sont à priori nombreux, mais c’est mon humble avis et au bout de trois tentatives je renonce définitivement à la lecture de Modiano dont l’aspect métaphysique (sic) me laisse définitivement de marbre.
  • J’achète ? : Non, définitvement non.

bbbbb

5 commentaires

  1. Je viens de lire également ce titre. Quand on lit P. Modiano, il ne faut pas attendre d’action, de suspens immodéré, de caractères trempés… Tout est dans la subtilité mais elle a son charme. Ce bouquin est construit comme les ondes concentriques qui apparaissent sur l’eau quand un objet y tombe le petit cercle du début s’élargit doucement mais à l’infini. La mémoire, bridée par nos freinages, voire blocages psychologiques, s’avère courte et peu concernée quand elle est sollicitée contre son gré. Puis les différents voiles s’écartent ou pas, suivant qu’une écorchure d’enfance se dévoile et, ainsi résolue, disparaît, laissant place à une autre et ainsi de suite. C’est ce jeu subtil de cercles élargis qui m’a plu dans ce court roman, qu’il n’aurait pas fallu plus épais d’ailleurs, car je vous rejoins dans le peu d’attirance immédiate que suscite le sujet, juste esquissé au début. C’est tellement contraire à notre environnement habituel, pressé, urgent, tout en superlatifs, excessive de désirs et de moyens de les satisfaire immédiatement ! C’est un petit coin très tranquille,confortable, où une conversation se tient faite de beaucoup de blancs et de paroles rares mais pleines de sens.
    J’en aime la différence. En écrivant mes histoires, relativement linéaires, à l’allure simple et pourtant réfléchies et construites, je me prends à rêver de l’art d’écrire que possède ce monsieur ! Mais je suis d’accord, il est d’un autre monde où nous pourrions risquer l’ennui, nous, les vivants !

    Aimé par 1 personne

  2. Monsieur Drassov je suis de votre avis. Pour être sensible aux livres de Patrick Modiano, il faut connaître ses blessures d’enfant et savoir que ses intrigues se déroulent dans un passé trouble et révolu. Il ne faut pas être adepte des  » pageturner  » au suspense haletant. J’ai lu tous ses livres ou presque. Mon préféré reste probablement  » rue des boutiques obscures « . J’aime son écriture au charme suranné et la psychologie de ses personnages.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s