Ragdoll

  • Titre : Ragdoll
  • Année : 2017
  • Auteur : Daniel Cole
  • Editeur : Robert Lafond
  • Résumé : Londres, de nos jours, un cadavre est retrouvé, il est constitué de six corps différents assemblés entre eux par des points de sutures grossiers. Le surnom de poupée de chiffon soit Ragdoll en anglais s’imposera rapidement dans les gros titres de la presse britannique. Wolf, tout juste réintégré dans son unité de police après un long séjour en hôpital psychiatrique, devra faire face à un tueur machiavélique qui va bientôt faire parvenir à la presse une liste de ses futurs meurtres comprenant le nom de la victime et la date de son futur assassinat. La traque commence…
  • Mon humble avis : Ragdoll semble être Le thriller du moment et bien que je ne sois pas vraiment attaché à chroniquer des livres au coeur de l’actualité je dois bien avouer que la curiosité a pris le dessus pour ce roman annoncé comme un immense thriller dans la lignée de Seven ou du silence des agneaux. Ajouté à cela l’avis dythirambiques de Gérard Collard, libraire fameux, dont je partage la passion mais rarement les avis, je prenais donc la décision de me procurer le fameux texte, succès planétaire d’un auteur britannique dont je ne savais rien. Cher Gérard, vous qui ne lirez jamais ces lignes et pour qui je ressens une sympathie profonde je tiens à vous signaler qu’une fois de plus je ne suis pas du tout en phase avec votre avis plus que positif sur ce bouquin. En effet si la lecture est assez prenante et les personnages marquants, j’ai trouvé cette lecture plutôt fastidieuse et les rebondissements de l’enquête superficiels. Ragdoll est, à mon humble avis, un roman à la noirceur forcée, au souffle brimé par trop de situations caricaturales qui finissent par lasser le lecteur. Je passerais sur un dénouement alambiquée au possible puisqu’il semblerait que ce soit la règle dans ce type d’ouvrage dont la fin ne justifie que rarement l’attente crée par l’auteur tout au long dau souffle courtu texte. L’exercice est ardu, j’en conviens, mais quelques auteurs réussissent neanmoins à surprendre leurs lecteur et je pense que ce n’est malheureusement pas le cas de Daniel Cole. De plus l’aspect trop cinématographique de l’écriture de Cole tant à rajouter à la superficialité de l’ensemble ce que j’ai trouvé plutôt gênant. Pour ne pas que cet avis soit totalement négatif je dirais que Ragdoll reste néanmoins un bouquin agréable à lire, le rythme est soutenu et cela conviendra parfaitement pour une lecture estivale, ce qui n’est déjà pas si mal.
  • J’achète ? : Non, tu trouveras dans ce blog d’autres thrillers qui sont , à mon humble avis, d’un niveau largement supérieur.

ragdolle

12 commentaires

  1. J’ai croisé plusieurs chroniques sur ce livre et plusieurs étaient du même avis que toi! C’est pour ça que j’ai renoncé à le découvrir…bonne idée!
    Quant à Gérard Collard que je respecte autant que toi pour ce qu’il apporte au monde littéraire, je suis rarement d’accord avec ses avis. Je n’écoute donc plus ses conseils depuis longtemps!

    Aimé par 1 personne

  2. A 100% d’accord avec votre critique. Il m’est tombé des mains à plusieurs reprises. Manque de corps, de force, d’intention. A ne pas comparer à Seven que j’ai adoré. Déçue par cette lecture.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s