Les enfants de Venise

  • Titre : Les enfants de Venise
  • Année : 2017
  • Editeur : Slatkine & Cie
  • Auteur : Luca di Fulvio
  • Résumé : Mercurio est un petit voleur des rues de Rome aussi doué qu’attachant. Suite à son implication dans le meurtre d’un usurier juif il se voit obligé de quitter la ville pour rejoindre Venise. En chemin il se joint à une unité de soldats revenant de la bataille de Marignan et rencontre la belle Giuditta dont il tombera éperdument amoureux. Giuditta et son père seront bientôt emprisonnés dans le ghetto juif tandis que l’ingénieux Mercurio tentera de survivre dans les rues de la cité lacustre où la maladie et l’inquisition font des ravages en cet an de grâce 1515.
  • Mon humble avis : Certaines réceptions de roman font plus plaisir que d’autres je dois bien l’avouer. Quand j’ouvrais le carton des éditions Slatkine je fus réellement ravi de recevoir le dernier roman de Luca di Fulvio tant la lecture du gang des rêves m’avait laissé un souvenir enchanteur. En effet ce texte fut l’un de mes plus grands souvenirs de lecture de l’année dernière et à cette occasion j’eus la chance de découvrir cet auteur italien pétri de talent jusqu’alors inconnu. C’est donc avec délectation que je me lançais dans la lecture de ce nouveau roman historique se déroulant dans les rues mal-famées de la sérénissime. Les enfants de Venise est un pavé de près de 900 pages où l’on suit les pérégrinations d’une bande de gamins miséreux et plus particulièrement le destin de Mercurio et Giuditta. Cette fois encore l’écriture de Di Fulvio est simple, ces descriptions précises et les aventures de ces gamins addictives. Les rebondissements sont légion et l’auteur à un talent certain et une véritable empathie pour chacun de ses personnages qu’ils soient secondaires ou principaux. S’il n’atteint pas les sommets du gang des rêves par manque de souffle mais aussi à cause d’une histoire plus convenu, ce Roméo et Juliette décrivant l’amour entre une juive et un chrétien est un vrai plaisir de lecture. Le texte de Fulvio n’est, à mon humble avis, jamais ennuyeux et son talent de conteur n’a d’égale que sa capacité à émouvoir ou surprendre son lecteur par des sentiments simples et humains comme l’amour, l’amitié ou l’injustice. C’est joli, fluide et attachant. C’est Di Fulvio.
  • J’achète ? : Si tu as lu le gang des rêves (voir la chronique précédente sur ce blog) je pense que je n’ai pas besoin d’en rajouter, tu t’es surement déjà procuré ce roman. Sinon je t’envie, tu découvriras un texte malin et addictif qui, au détour de certains chapitres te rappellera la lecture d’un certain Charles Dickens, toute proportion gardée évidemment. Les enfants de Venise est néanmoins un très bon roman.

aaa.jpg

19 commentaires

  1. Di Fulvio m’a l’air bien intéressant à te lire, merci pour ce partage Franck 🙂 J’ai lu aussi ton billet sur Le gang des rêves, ça me tente beaucoup. Là je suis encore dans Le bûcher des vanités,… EXCELLENT je suis accro au style de Wolfe ! Je prends l’avion mardi, je vais le finir là-haut ! Bonne semaine à toi @ +

    Aimé par 1 personne

  2. Encore un billet qui donne envie… J’adore les romans historiques ; cette époque et l’antiquité romaine, avec notamment la série des «Les mystères de Rome» de Steven Sailor, est un pur régal d’intelligence et de savoir-faire question écriture. Je note donc Luca di Fulvio dans un coin de ma tête ! Merci, @+

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s