Dans l’ombre du viaduc

  • Titre : Dans l’ombre du viaduc
  • Auteur : Alain Delmas
  • Editeur : Intervalles
  • Année : 2017
  • Résumé : Alors que les cicatrices de la guerre civile espagnole ne sont pas encore refermées, Arnaud Madrier profite de quelques jours de vacances pour se rendre dans le village où son père, engagé dans les brigades internationales, a mystérieusement disparu deux décennies plus tôt. Sa présence va bousculer l’apparente tranquillité de Teruel et faire ressurgir des secrets qu’on croyait enfouis à jamais.
  • Mon humble avis : Comme il est d’usage, je commencerais par remercier l’auteur pour l’envoi de ce roman dont le thème me paraissait plutôt encourageant. Après une brève conversation avec Delmas j’acceptais son envoi et quelques semaines plus tard, me lançais dans la lecture de ce roman avec une grande curiosité tant j’avais hâte d’en savoir un peu plus sur cette période et sur ce conflit. Mauvaise pioche : Dans l’ombre du viaduc se rapproche plus du roman noir que du roman historique et la guerre précédemment nommée, n’apparait qu’en filigrane pour expliquer et justifier les réactions des protagonistes en corrélation avec Arnaud, le personnage principal de ce livre. Si l’écriture de l’auteur est élégante et le rythme plutôt agréable, j’eus un peu de mal à rentrer dans le roman et puis peu à peu, avec l’arrivée d’Arnaud dans le village et la série de mini-cataclysmes qui s’ensuivent, je commençais à ressentir un réel plaisir à cette lecture. Si, à mon humble avis, les thèmes abordés n’ont rien d’originaux (mémoire, traumatismes, secrets de famille), force est de constater que l’auteur parvient à tenir son lecteur en haleine jusqu’au dénouement et c’est une gageure pour un premier roman. J’avoue avoir eu un peu de mal avec les dialogues qui m’ont paru souvent maladroits mais quelques scènes, dont celle de la corrida, sont d’une grande beauté, les personnages bien campés et l’ambiance générale du bouquin assez réussie. Delmas sait distiller les indices avec parcimonie, faire monter la pression et ce sont là deux qualités qui méritent à elles seules qu’on s’arrête sur ce premier roman prometteur.
  • J’achète ? : Pourquoi pas ? Dans l’ombre du viaduc est un bon roman noir, non dénué de défauts mais assez addictif pour qu’on y prenne du plaisir.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s