Dernier voyage à Amsterdam

  • Titre : Dernier voyage à Amsterdam
  • Année: 2015
  • Editeur : Auto-édité
  • Auteur : Philippe Biord
  • Résumé : Années 80 en banlieue parisienne, deux jeunes voyous sont à la recherche du « gros coup ». Bientôt embringués dans un trafic impliquant mafia russe et trafiquants bulgares, nos deux héros vont devoir faire face à des situations hautement périlleuses.
  • Mon humble avis : Si l’on excepte certains auteurs d’exception (et encore!) je n’ai jamais été fan de littérature d’action (à vrai dire je suis même bien incapable de vous citer de mémoire un auteur marquant dans cette catégorie de roman). La réception du roman de Biord me laissa donc, à vrai dire, plutôt perplexe et cette impression fut largement amplifié lorsque mes yeux tombèrent sur cette couverture en tout point hideuse. En toute franchise je me lançais donc dans cette lecture avec un brin de scepticisme mais aussi, et heureusement, une bonne dose de curiosité. Les premières pages du roman dissipèrent mes doutes quant au propos et je me régalais rapidement à l’évocation du milieu gitan ou celui du petit banditisme de quartier. Le style de Biord est direct, simple et le rythme soutenu. Certaines scènes de règlement de compte se révèlent trépidantes et on sent le plaisir de l’auteur à rédiger ces passages. Evidemment le texte est parfois maladroit, un peu bancal, mais les personnalités fouillées des deux héros contrebalancent cette impression et pousse le lecteur à avaler les pages sans même s’en rendre compte pendant le premier tiers du roman. Je dois avouer que la suite m’a beaucoup moins enthousiasmé et j’aurais nettement préféré que nos deux héros restent à l’ombre des tours de leur cité plutôt que de passer les frontières au volant de rutilants bolides. Quel dommage ! La dernière partie de ce dernier voyage à Amsterdam m’a laissé de marbre et je dois bien avouer que la lecture des derniers chapitres fut assez laborieuse, les scènes d’action se succédant sans relâche. Je garderais donc de cette lecture un souvenir mitigé : une première partie emballante puis une suite qui l’est beaucoup moins. L’auteur de ces quelques lignes eut largement préféré que ce voyage ne dépasse pas ce camp gitan de la région parisienne…
  • J’achète ? : Si ma petite chronique est, je l’espère, fidèle aux impressions ressentis à la lecture de ce roman tu sauras à quoi t’en tenir. Après ce n’est qu’une histoire de goût et d’appétence pour ce style de littérature.

5 commentaires

  1. Pas lu et pas dans mes priorités compte tenu de votre avis – avec plus de 200 bouquins en attente de 1ère lecture et la bonne centaine d’envie de relecture, il faudra vraiment qq chose de plus EXTRAORDINAIRE pour que je plante tout à son profit 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s