La serpe

  • Titre : La serpe
  • Auteur : Philippe Jaenada
  • Editeur : Julliard
  • Année : 2017
  • Résumé : Octobre 1941 trois corps sont retrouvés atrocement mutilés dans un château du Périgord. Seul rescapé de la tuerie, le jeune Henri Girard fait figure de coupable idéal. Alors que son père, sa tante et sa domestique baignent encore dans leur sang, Henri fait preuve d’un détachement paraissant coupable aux yeux des premiers arrivés sur le lieu du crime. Contre toute attente, à la suite d’un procès retentissant, Girard sera pourtant innocenté alors que l’opinion publique reste persuadée de sa culpabilité.. Enfin libre, il s’exilera en Amérique du sud qui lui inspirera le salaire de la peur, roman dont l’adaptation cinématographique fera bientôt sa renommée. Méthodiquement, à l’aide des minutes du procès et d’une multitudes de documents, Jeanada mène l’enquête.
  • Mon humble avis : Dans les 15 derniers sélectionnés du prix Goncourt, une presse quasi unanime, des avis dithyrambiques, La serpe par ci, la serpe par là…. Dur d’échapper à ce roman en cette rentrée littéraire 2017. Je ne connaissais pas Jaenada avant de m’attaquer à ce pavé de plus de 600 pages mais les échos parvenus de métropole m’indiquaient sans aucun doute possible que je tenais là l’un des livres qui allait marquer ma vie de lecteur d’une trace indélébile. Restait à découvrir ce texte mais je dois avouer que je démarrais cette lecture plutôt confiant et avide de découvrir ce roman qu’on disait original et passionnant. Les premières pages me confortaient dans cette opinion : de l’humour, des digressions plus ou moins heureuses mais un vrai ton et des va-et-vient brillants entre l’époque du crime et celle de l’enquête menée par Jaenada. A la manière de Truman Capote et de son fameux in cold blood (de sang froid pour la VF 1966) l’auteur relance une affaire aujourd’hui enterrée pour tenter d’en tirer la substance et pourquoi pas innocenter Henri Girard d’un crime qu’il avouera pourtant face caméra sur ses vieux jours ( du reste Jaenada ne donne aucune explication quant à ces aveux me semble-t-il) Bon autant vous le dire tout de suite cette recherche de vérité me passionna sur les cent premières pages puis m’ennuya allègrement le reste du roman. Et pourtant… Pourtant certains passages sont brillantissimes (surtout ceux concernant la personnalité troublée d’Henri Girard et ses pérégrinations américaines). Trop de détails tue le détail aurais-je envie de dire : plusieurs dizaines de pages sur une fenêtre qui ferme mal, des tunnels interminables sur des horaires contradictoires d’extinction d’une lumière, une vague histoire de résistance… Si l’on peut reconnaître à Jaenada un travail de recherche impressionnant, une aptitude assez exceptionnelle à rechercher la vérité derrière les apparences, on peut également regretter sa trop grande méticulosité qui à tendance à lasser le lecteur ( moi en tout cas ). A mon humble avis Jaenada n’est jamais aussi bon qu’au contact de son personnage principal, ce fameux Henri Girard tour à tour sale gosse, cruel et inconstant puis plus tard idéaliste et engagé. Un vrai personnage de roman, un homme complexe dont le destin fut durement marqué par cette accusation et les mois d’internement qui s’ensuivirent. Au-delà de ce personnage haut en couleur et des multiples digressions (parfois hilarantes) distillées dans le texte, je dois avouer avoir ressenti un certain agacement face à ce roman qui m’a paru interminable et dont j’ai survolé les dernières pages, bien incapable d’accrocher au récit. A mon grand regret je l’avoue.
  • J’achète ? : J’ai bien peur de devoir dire non. L’auteur semble sympathique, la vie d’Henri Girard méritait bien un roman mais pourtant je me suis ennuyé comme jamais. Evidemment ce n’est que mon humble avis…

18 commentaires

  1. Ah zut on l’a acheté à la bibliothèque, je viens de l’encoder…enfin y aura surement des amateurs… Cet auteur m’intrigue mais je crois que je commencerais plutôt par lire « la petite femelle » il faut dire que quand les injustices touchent les femmes je me sens souvent beaucoup plus concernée, j’aime lire des livres et voir des films qui parlent de femmes qui ont bravé les hommes… je suis un peu féministe sur les bord je crois… je vient de commencer Bakhita de Véronique Olmi

    Aimé par 1 personne

  2. Une fois qu’on connaît le thème, il est inutile de lire les digressions de l’auteur pour donner de l’epaisseur au roman, semble-t-il ? Mais dès le départ, je n’ai pas été sensible à l.histoire, donc pas de regret.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s