L’enfer de church street

  • Titre : L’enfer de church street
  • Auteur : Jake Hinkson
  • Année : 2017
  • Editeur : Gallmeister
  • Résumé : Geoffrey Webb est victime d’un braquage sur le parking d’une station service. Geoffrey Webb n’a peur ni de la mort ni du revolver braqué sur sa tempe. Alors qu’il roule en direction de Little Rock Arkansas, il inverse les rôles et terrorise son agresseur en lui contant son histoire. L’homme est mûr pour accepter le marché imposé par l’ancien pasteur recherché pour meurtre dans de nombreux états.
  • Mon humble avis : Un petit polar de chez Gallmeister, comment pourrais-je bouder mon plaisir ? Je dois avouer que la réception des bouquins de cette maison me comble à chaque fois de plaisir tant leur catalogue fourmille de petits trésors de polars influencés ou non par le nature writing qui fit la renommée de cet éditeur. Jake Hinkson, je dois bien avouer que ce nom ne me disait absolument rien avant d’entamer la lecture de ce court roman d’à peine plus de 200 pages. J’étais pourtant en territoire connu et sans présager du texte, je m’attendais à une oeuvre haletante et nerveuse à l’image des pulps anglos-saxons chers à Quentin Tarantino. Bingo ! C’est exactement ce que j’allais vivre à la lecture de ce roman que je dévorais d’une traite . Ecriture simple, efficace, charge implacable contre la religion, le texte d’ Hinkson n’épargne aucun de ses protagonistes tous plus veules, bêtes et violents les uns que les autres. Les personnages sont parfois à la limite de la caricature mais assez bien campés et l’intrigue se déroule de façon implacable avec bons nombres de rebondissements censés pimenter le texte et accrocher le lecteur. Parfait me direz-vous ? Pas tant que ça et j’avoue avoir ressenti une certaine forme de lassitude à la lecture de cet enfer de church street que je refermais sans regret, persuadé que j’oublierais ce roman à la seconde même où j’entamerais ma prochaine lecture. La raison ? : une trame archi balisée, des situations sans originalité et l’impression d’avoir lu cela à de nombreuses reprises et souvent en mieux ( je pense notamment aux bouquins de Donald Ray Pollock ou ceux de Jim Thompson ) qui ont d’ailleurs certainement influencé notre auteur du jour. Encore une fois l’enfer de church street se lit sans déplaisir, n’est pas dépourvu de qualités ( humour en filigrane et dénonciation de la bien pensance et du politiquement correct américain) mais l’impression de déjà-vu reste trop prégnante à mes yeux et explique en grande partie cette chronique plus que mitigée.
  • J’achète ? :  Si tu as deux heures de trajet devant toi, si tu cherches un petit polar classique et si tu n’es pas trop difficile tu peux tenter ce Jake Hinkson qui sans te laisser un souvenir impérissable, aura au moins le mérite de te divertir.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s