Beach music

  • Titre : Beach music
  • Année : 1996
  • Editeur : Albin michel
  • Auteur : Pat Conroy
  • Résumé : Jack McCall élève sa fille Leah à Rome, loin de Waterford Caroline du sud, la ville qui l’a vu naître et où il a passé son enfance. Jack tente de se remettre du suicide de sa femme Shylla quelques années auparavant. Il s’est juré de ne jamais remettre les pieds dans cette région du sud des états-unis où vivent encore ses beaux-parents qui ont tentés de lui arracher sa petite fille et sa propre famille dysfonctionnelle. C’était sans compter sans la leucémie de sa mère qui va le pousser à faire machine arrière et retourner sur les pas d’une enfance traumatisante.
  • Mon humble avis : Ceux qui sont habitués aux petites chroniques de francksbooks savent à quel point les lectures du grand Santini mais surtout du Prince des marées auront marqué ma vie de lecteur à jamais. Je tiens Pat Conroy pour un écrivain majeur, sans équivalent lorsqu’il s’agit de décrire les relations familiales troublées ou les paysages magnifiques et l’ambiance qui règne dans les régions littorales du sud des USA. Conroy, aujourd’hui décédé, fut un conteur hors-pair et le témoin privilégié d’une société américaine à bout de souffle. Au vu de mes lectures précédentes et de l’estime porté à cet auteur vous comprendrez aisément que je m’attaquai à ce pavé avec beaucoup d’espoir et l’espérance d’un plaisir de lecture évident. Et puis la lecture : les premières pages au style ampoulées, une description de Rome digne d’un guide de voyage, beaucoup de sarcasmes, un humour forcé bref, je ne reconnaissais pas l’auteur que j’avais tant aimé. Lorsque Jack se décidait enfin à rentrer au bercail j’espérais enfin le retour du grand Pat Conroy mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Tout ce qui faisait le charme de cet auteur tombe ici à plat. La plupart de ses personnages sont caricaturaux, les situations parfois risibles et même si ce roman n’est pas dénué de qualité (lecture facile, rythme, grands espaces) il n’arrive, à mon humble avis, pas à la cheville des productions précédentes de l’auteur natif d’Atlanta mais aussi du chef d’oeuvre que fut le prince des marées. Beach Music est un roman protéiforme brassant des thèmes aussi larges que le devoir de mémoire, l’holocauste (avec une surenchère de scènes atroces qui m’ont laissé dubitatif), la schizophrénie, les relations familiales, la guerre du Vietnam; un roman ambitieux à n’en pas douter mais un roman fleuve qui perd son lecteur en route et j’avoue avoir ressenti un vrai soulagement au moment d’achever sa lecture. Parfois les grandes espérances provoquent de grandes déceptions et ce fut malheureusement le cas avec ce Beach Music. Ceci ne m’empêchera pas de continuer à considérer Conroy comme un auteur rare et immense. A très bientôt mister Conroy.
  • J’achète ? : Je suis le premier étonné de devoir avouer que ce Beach Music est un roman décevant, absolument pas à la hauteur du talent de son auteur. Par contre si tu n’as pas encore lu le prince des marées je te conseille de te ruer vers la librairie la plus proche de chez toi pour acquérir ce chef d’oeuvre où toute la quintessence du talent de Conroy est concentrée. Cours te dis-je !

15 commentaires

  1. Le prince des marées est une pépite, un émerveillement. Ce sorcier de Pat Conroy est un enchanteur.. Beach Music, est, certes, en-dessous, mais ma grosse déception reste Charleston Sud. Je l’ai lu jusqu’à la fin, poussée par l’espoir fiévreux, à chaque page tournée, de retrouver enfin un peu de la magie du Prince. Peine perdue. Du Pat Conroy caricaturé à l’excès et mon cœur s’est embourbé…. Charleston Sud m’a rendue triste, endeuillée. J’avais perdu Pat. Avec Beach Music, il n’était pas au top de sa forme, mais il était là. J’ai jeté Charleston et j’ai relu le Prince:) Franck, je suis curieuse de connaître ton avis sur Charleston mais je ne te souhaite pas une telle expérience… je suis partagée;)
    ps: en train de lire Une putain d’histoire. je ne suis pas fan de polars et pourtant je me suis laissée tenter suite à la lecture (enthousiasmante) de ton billet…et me voilà prise dans ses filets! C’est ballot, je ne pourrai plus déclarer que je n’aime pas les polars 😉 Merci pour tes partages de lecture.
    ps bis: as-tu lu Wally Lamb? Sinon, je te suggère Le chagrin et la grâce et La puissance des vaincus. Ils sont pour moi de la même trempe que le Prince, je les aime d’amour. Wally et Pat sont de la même famille.J’adorerais avoir ton avis:)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s