La chance du perdant

  • Titre : La chance du perdant
  • Auteur : Christophe Guillaumot
  • Année : 2017
  • Editeur : Liana Levi
  • Résumé : Renato Donatelli est un flic kanak (chez nous on écrit plutôt canaque désolé Christophe) officiant à la SRPJ de Toulouse. Renato est une montagne de muscle originaire de Nouvelle-Calédonie. Mis au placard par sa direction, flanqué du jeune Cussac dans la section des courses et jeux, le mélanésien va se jeter à corps perdu dans une enquête mêlant disparitions, meurtres mystérieux et paris clandestins.
  • Mon humble avis : Un héros calédonien, je ne pouvais qu’être attiré par ce polar de Christophe Guillaumot ! La chance du perdant fait suite à abattez les grands arbres récompensé du prix du quai des orfèvres 2009. A priori nul besoin d’avoir lu le premier tome avant de se lancer dans cette enquête plutôt réussie de cet auteur dont le métier n’est autre que policier. Nous voici donc entre de bonnes mains, Guillaumot connaît les arcanes de la police et la lecture de ce texte me confirmera à quel point cela peut se révéler précieux. Pour débuter je me dois de préciser que la chance du perdant ne révolutionne pas le genre, nous sommes ici dans un polar classique avec enquête et couple de policier dont la vie privée déborde largement sur le professionnel. Rien de bien original donc mais un traitement efficace, une écriture fluide et des personnages attachants font de ce polar un vrai plaisir de lecture. Guillaumot parvient à saisir l’ambiance d’un commissariat à merveille, il décrit avec talent les relations conflictuelles entre services et même si j’avoue avoir eu un peu de mal avec son personnage principal (trop caricatural à mon goût) j’ai éprouvé beaucoup de plaisir à suivre ses aventures dans une ville rose décrite avec maestria. Si, comme je l’ai expliqué plus haut, j’ai eu un peu de mal avec Renato, il n’en a pas été de même avec la galerie de personnages qui peuplent ce roman. Les personnages secondaires (je pense notamment à la petite graffeuse) sont campés avec finesse et l’on sent toute l’empathie de l’auteur pour ce personnage marquant. Chapeau Mr Guillaumot, chapeau pour cette enquête addictive, pour l’excellente description du monde du jeu, chapeau pour ce polar qui même s’il manque un peu de profondeur ravira tous les fans du genre.
  • J’achète ? : Oui si tu es fan de polar le kanak doit faire partie des héros de romans que tu dois connaître. Un livre parfait pour se détendre, un roman plaisir qui malgré quelques maladresses saura conquérir le coeur des (nombreux) fans de polar. On l’aurait préféré plus dense, plus touffu mais ne boudons pas notre plaisir la chance du perdant est un bon roman. A mon humble avis.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s