L’année du lion

  • Titre : L’année du lion
  • Auteur : Deon Meyer
  • Editeur : Seuil
  • Année : 2018
  • Résumé : Une fièvre mystérieuse vient de provoquer l’anéantissement de quatre vingt dix pour cent de la population mondiale. Willem Storm et son fils font partie des survivants, ils errent dans une Afrique du sud livrée au chaos et aux bandes armées. Mais Willem est un homme de bonne volonté, un homme qui ne se résout pas à laisser le monde courir à sa perte. Ainsi, il fonde Amanzi, une colonie qui mènera ses habitants de l’ombre à la lumière, de la famine à l’autosuffisance alimentaire. Nico son fils est lui un guerrier hors-pair et un tireur hors-norme prêt à tout pour défendre la colonie harcelée de toutes parts. La relation entre ces deux hommes est compliquée mais lorsqu’un drame intervient Nico n’aura aucune pitié et ne laissera aucun répit aux assassins de son père. Alors commence l’année du lion.
  • Mon humble avis : On ne présente plus Deon Meyer, auteur surdoué de polars addictifs et fer de lance de la littérature sud-africaine (dans un style plus populaire que Doris Lessing ou le génial JM Coetzee).  L’année du lion tranche avec ses productions habituelles, nous sommes ici plus proche de la route de Cormac Mc Carthy ou de Mad Max que d’un policier classique, nous sommes dans un récit post-apocalyptique peu original certes mais d’une puissance sans égale. En effet si l’on met de côté cette fin digne d’un film hollywoodien, cette fin terriblement décevante le texte de Meyer est un modèle d’efficacité et un régal de lecture. Nous avons ici affaire à un maître dans l’art de conter, un auteur qui articule son texte et son récit avec une maîtrise assez exceptionnelle. Oui l’année du lion est un roman addictif, un roman qu’on lit d’un trait tant la tension y est présente et le désir de tourner chaque page irrésistible. Les personnages, citons notamment Nico, Domingo ou Sofia, sont extrêmement bien campés, attachants, parfois irritants mais toujours justes et les aventures de cette poignée de survivants coupés du monde sont passionnantes, sans longueurs mais avec des pics de tension qui cloue le lecteur à son fauteuil (s’il en à un !) . Bref l’auteur sud-africain nous livre ici une dystopie réussie, un roman efficace qui, sans tutoyer les sommets de la route de McCarthy, se révèle être un modèle de bouquin plaisant et dynamique. Chapeau bas Mister Meyer !
  • J’achète ? : Certainement, tu trouveras dans l’année du lion tous les ingrédients d’un excellent roman populaire mais aussi un questionnement sur l’avenir du monde, sur la propension de l’homme à rebâtir sur des cendres, sur la possibilité d’une société meilleure également. Captivant, à n’en pas douter.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s