Les aventures de Zoltàn Molnàr

  • Titre : Les aventures de Zoltàn Molnàr
  • Auteur : Olivier Gareau
  • Auto-édité
  • Année : 2017
  • Résumé : Ottawa 1935, un député fédéral est assassiné, ce meurtre est-il lié aux séances de spiritisme du premier ministre canadien ? Quel est le lien avec Zoltàn Molnàr ? Par quel stratagème le gitan d’origine hongroise va-i-il une fois de plus s’évader du pénitencier de Kingston pour mener son enquête ? Ce recueil contient les quatre premiers épisodes des aventures de Zoltàn, un héros plus grand que nature, un magicien magnifique déjouant la mort et les gendarmes à ses trousses.
  • Mon humble avis : Je reçus ce colis il y a quelques mois. Un pavé venu tout droit du Québec, auteur inconnu, un texte auto-édité et le souvenir d’une brève conversation sur les réseaux sociaux m’annonçant l’arrivée prochaine des aventures de Zoltàan Molnàr. Très peu de renseignements sur internet, un titre étrange, je profitais donc de quelques heures d’avion pour voir de quoi il en retournait. J’espère que l’auteur ne m’en voudra pas trop mais je dois avouer que je m’attaquais à ce texte à reculons imaginant déjà le message expliquant les raisons de mon refus de chroniquer ce roman. Et bien je me trompais et je vais tenter de vous en expliquer les raisons. Tout d’abord penchons nous sur l’écriture de Gareau : simple, efficace, fluide, parfois un peu maladroite mais toujours intense et un sens du rythme indéniable faisant de ce recueil un objet distrayant et addictif. Les aventures de ce héros magnifique sont trépidantes, peu de temps mort et l’on pense immédiatement à Gaston Leroux, à Arsène Lupin le tout matiné d’un rythme haletant digne des meilleurs pulps américains. Zoltàn est un héros de bande-dessinée, il se tire de toutes les situations avec brio, déjoue la mort en souriant, aime de façon inconditionnelle et possède des amis fidèles et dévoués. Un héros marquant, un personnage haut en couleur, un gitan au coeur pur qui a trainé ses guêtres dans toutes les parties du monde, fait la guerre et déjoué des complots improbables. Contre toute attente c’est frais, sympathique, souvent tiré d’anecdotes et de faits réels et encore une fois très distrayant. J’avoue être néophyte pour ce qui est de ce type de roman feuilleton; de Leroux je n’ai lu que le mystère de la chambre jaune il y a de cela de nombreuses années et je garde un vague souvenir de l’adaptation télévisuelle d’Arsène Lupin. Pourtant j’ai pris un plaisir indéniable à suivre les pérégrinations du hongrois dans les égouts New-yorkais ou dans les forêts canadiennes et je recommande ce texte pour toutes les raisons évoquées ci-dessus. Monsieur Gareau à quand de nouvelles aventures de Molnàr ? J’attends la suite avec impatience !
  • J’achète ? : Un roman haletant, une jolie découverte, le type de texte qu’on aimerait lire à ses enfants les soirs d’hiver. Un roman tout public que je recommande chaudement ne serais-ce que pour ce sacré Zoltàn !

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s