Les raisins de la colère

  • Titre : Les raisins de la colère
  • Auteur : John Steinbeck
  • Editeur : Gallimard
  • Année : 1939
  • Résumé : 1930 Oklahoma. Tom Joad est sur la route. Récemment libéré de prison pour un homicide involontaire, le jeune homme rejoint les siens alors que la grande dépression fait rage dans le pays. Une mauvaise surprise l’attend, les siens sont expulsés de la ferme familiale et s’apprête à tenter leur chance en Californie. Bientôt tous les Joad sont jetés sur les routes à la recherche d’une vie meilleure. Mais le chemin est rude et le travail rare, ceux qu’on surnomme maintenant les Okies vont devoir affronter maints périls pour survivre et éviter la dislocation de la famille.
  • Mon humble avis : Tout à été dit sur ce roman de l’illustre John Steinbeck. Lauréat du prix Nobel, prix Pulitzer, considéré comme son chef d’oeuvre, brillamment adapté au cinéma par John Ford, les raisins de la colère font partie de ces classiques qu’il faut avoir lu. C’est chose faite aujourd’hui pour votre humble serviteur et plutôt que d’essayer de vous expliquer mon ressenti en fermant les dernières pages de ce pavé – ce qui a déjà fait par d’autres mille fois plus talentueux que moi-même – je vais simplement vous expliquer pourquoi ce texte est sublime.
  • Parce que l’écriture n’a pas pris une ride : le style est simple, abordable et brillantissime, les descriptions belles à couper le souffle.
  • Parce que les thèmes abordés sont universels et les personnages attachants. Parce que les dialogues sont pertinents, parce qu’il est quasiment impossible de ne pas ressentir une immense compassion pour ces damnés de la terre expulsés de leurs terres.
  • Parce que c’est d’une modernité absolue. La critique du capitalisme sauvage est superbe et les chapitres où l’auteur décrit la situation économique du pays sont encore une fois brillantissimes.
  • Parce que Man, le personnage de la mère de famille est l’un des plus beaux portraits de femme jamais écrit. Cette femme qui prend le pouvoir, celle qui ne renonce jamais et garantie l’unité de la famille fera désormais partie de mon panthéon personnel des personnages littéraires inoubliables.
  • Parce qu’à l’égal de Man le personnage de Tom Joad est fort, puissant et terriblement humain. Sa magnifique tirade dans la dernière partie du roman est aujourd’hui passée à la postérité.
  • Parce que la lutte pour la survie est un thème intemporel et malheureusement d’actualité. Comment ne pas faire un parallèle avec ce qui se passe aujourd’hui sur les côtes européennes ?
  • Parce qu’au-delà d’être un grand livre, les raisins de la colère est un monument littéraire. Ses personnages des exemples de compassion, d’humanité et de courage.
  • Parce que près d’un siècle plus tard les situations décrites sont encore d’actualité, parce qu’on sent la colère de Steinbeck poindre entre les lignes, une colère saine et salutaire.
  • Parce que les Joad se battent pour survivre, parce que loin de ces personnages modernes aux désirs superflus, ces gens survivent sur le socle de la pyramide de Maslow. C’est beau, édifiant et bouleversant.
  • Parce qu’expulser ces familles les coupe de tout ce qui les définit. Le mot déracinement prends alors tout son sens.
  • Parce que la dualité entre l’avidité des nantis et la solidarité des laissés pour compte est présente à chaque page. Parce que les sentiments décrits sont évidents, simples et ramène le lecteur à sa condition d’humain.
  • Par que non seulement Steinbeck fut un écrivain de génie mais aussi un homme courageux : Les raisins de la colère lui valurent des menaces de mort et un fichage au FBI pour cause de subversion.
  • Parce que sans jamais l’évoquer nommément, le texte de l’auteur de Salinas est éminemment politique et révolutionnaire. Une révolution qui s’inspire de Thomas Paine – l’un des théoricien de l’indépendance américaine – et non pas de Marx ou de Lenine.
  • Parce que les Joad sont naïfs, justes, perdus dans un monde hostile, toujours prêt à aider leur prochain malgré l’adversité. Parce que leurs valeurs sont celles des gens honnêtes et travailleurs et parce que quelque part, sur chaque continent, à chaque époque, des familles fuient la misère pour chercher un monde meilleur. Sans faire offense à l’auteur, sans présumer de ses desseins, c’est une évidence de penser que cette oeuvre leur est dédiée.
  • J’achète ? : A ton avis ?

En prime l’hommage du boss à ce sublime roman.

41 commentaires

  1. Cela fait beaucoup de raisons pour considérer ce livre comme sublime 🙂 En tout cas, on ressent l’enthousiasme qu’il a suscité en toi.
    Je l’ai lu trop jeune, et j’avoue ne pas en garder grand souvenir, une relecture s’impose donc…

    Aimé par 1 personne

  2. Je crois que c’est lorsqu’on referme des livres tels que celui-ci, qu’on peut comprendre ce que littérature veut dire.
    Par ailleurs, c’était une époque où les récompenses littéraires signifiaient quelque chose, même si la matérialisation du monde était déjà bien en route.
    Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

  3. Merci Franck pour cette très belle chronique qui me donne envie de me plonger dans ce livre ! J’avais lu « Des souris et des hommes » qui m’avait beaucoup remuée, il y a quelques années. Nul doute que j’inscris celui-ci sur ma liste !

    Aimé par 2 personnes

  4. Un titre de Steinbeck que je n’ai pas encore lu bien qu’il fogure en bonne place sur mes étagère. Mais je sais qu’il m’attend et qu’un jour j’aurais l’immense plaisir de le découvrir. Quel bonheur à venir !

    Aimé par 1 personne

  5. J’aurais dû lire ta chronique plus tôt, je suis allée à la librairie aujourd’hui… Tu donnes sacrément envie en tout cas ! J’en ai lu des chroniques sur ce livre, mais la tienne me réveille un peu plus !

    Aimé par 1 personne

  6. Steinbeck c’est tellement beau ! J’adore Faulkner aussi. Par contre je n’ai pas vu la version cinéma de ce livre. « Des souris et des hommes » c’est génial aussi, merci Franck pour ce beau partage, excellente soirée à toi 🙂

    J'aime

      1. J’ai de grosses lacunes en classiques!Et pourtant, à chaque fois que j’en tente un, je me régale!
        Mais il faut juste que je prenne le temps entre toutes les nouveautés qui m’attirent aussi!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s