Le soleil des rebelles

  • Titre : Le soleil des rebelles
  • Auteur : Luca Di Fulvio
  • Année : 2018
  • Editeur : Slatkine & Cie
  • Résumé : XV ième siècle, royaume de Saxe. Par miracle, le jeune prince Marcus survit à l’odieux massacre de toute sa famille. Recueilli par une famille pauvre, il sera élevé comme un serf alors que son destin était de régner. Bientôt révolté par ses conditions de vie et par la cruauté du seigneur Ojsternik, celui qu’on appelle maintenant Mikaël va s’engager dans un combat à mort pour se libérer et faire entendre la voix de ses semblables.
  • Mon humble avis : Si je devais nommé un livre marquant de l’année 2016, je n’hésiterais pas à citer le gang des rêves de Luca di Fulvio. La découverte de cet auteur fut pour moi, comme pour des milliers de lecteurs, un vrai évènement et je garde de cette lecture un souvenir ébloui. Les enfants de Venise, roman précédent de Di Fulvio, n’atteignait pas les sommets de son prédécesseur, mais les qualités de narrateur de l’auteur sautaient une nouvelle fois aux yeux de votre humble serviteur et j’attendais donc avec impatience le nouvel opus de l’écrivain italien. Le soleil des rebelles, un roman médiéval, avec encore une fois un jeune personnage principal en quête d’identité et détenteur d’un destin hors-norme s’annonçait donc sous les meilleurs auspices ! Et puis la lecture des premières pages avec de belles descriptions, des personnages marquants et des massacres incessants. Et puis au détour d’un chapitre, la sensation d’avoir déjà lu ça quelque part, le sentiment d’un manque de finesse, des personnages frôlant parfois la caricature. Vous l’aurez compris, cette fois la magie n’a pas opéré. Si le rythme de ce soleil des rebelles est soutenu, si ses aventures sont trépidantes, il y manque l’étincelle qui ont fait des romans précédents de Di Fulvio des romans marquants, exceptionnels. Ici tout est convenu, prévisible. Les personnages de méchants sont TRES méchants et les gentils sont TRES gentils.  Le gang des rêves brillait par la subtilité des sentiments évoqués, par la finesse des situations alors que ce soleil des rebelles déroule son histoire sans charme, ni surprise. Evidemment la lecture est fluide et jamais ennuyeuse, évidemment le lecteur s’attache à ce petit Mikaël au destin chaotique, mais, malgré l’estime que je porte à Di Fulvio, j’ai souvent eu l’impression de parcourir une pâle copie des piliers de la terre de Follett ou un ersatz du Game of Thrones de George R R Martin. Divertissant sans être convaincant et malgré cette relative déception, j’attends avec impatience le prochain roman du grand Luca Di Fulvio.
  • J’achète ? : Si tu as déjà lu les romans précédents de cet auteurtu t’es certainement déjà jeté sur ce nouvel opus. Sinon tu es chanceux et je t’invite à découvrir Di Fulvio en commençant par son chef d’oeuvre, j’ai nommé – encore une fois – l’immense gang des rêves. 

7 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s