Là où les chiens aboient par la queue

  • Titre : Là où les chiens aboient par la queue
  • Auteur : Estelle-Sarah Bulle
  • Editeur : Liana Levi
  • Année : 2018
  • Résumé : Apollone naquit à Morne-Galant, un village reculé de Guadeloupe, au début des années cinquante. Celle que l’on surnommera Antoine – son nom de savane destiné à éloigner les mauvais esprits – vivra plusieurs décennies sur son île natale avant de rejoindre la métropole. Là, sur les pentes de la butte Montmartre qu’elle aime tant, dans son minuscule commerce fait de bric et de broc, la vieille dame confiera les secrets de sa famille à la fille de son frère cadet.
  • Mon humble avis : Ceux qui ont pour habitude de lire ses petites chroniques savent à quel point je ne suis pas attaché à l’actualité littéraire, ou plutôt à quel point je ne l’étais pas. Le constat de mes lectures de ces dernières semaines est implacable : beaucoup de contemporains et de romans qui font l’actualité. Un mal ou un bien ? Je ne saurais le dire, reste que la littérature contient tant de trésors à découvrir qu’il me semble aberrant de se cantonner aux bouquins dont on parle sur les réseaux sociaux ou dans les médias à l’instant T. Bref, et c’est le bon côté de la chose, suivre le courant permet parfois de tomber sur des perles, et indéniablement le roman de Estelle-Sarah Bulle fait partie de cette catégorie rare. Là ou les chiens aboient par la queue est un texte enrichissant, par sa langue et son contexte bien particulier. D’abord le style : des mots qui coulent, du créole, des expressions poétiques, une écriture élégante et imagée. Ensuite le rythme, il s’agit d’un roman court, un roman choral où les chapitres se succèdent avec différents narrateurs dont la fameuse Antoine, pierre angulaire de la famille Ezechiel. J’avoue avoir eu une préférence marquée pour ce personnage attachant, pour ses aventures sud-américaines et son amour, unique et onirique. Avec ce texte, Estelle-Sarah Bulle embrasse plus de cinquante ans d’histoire Guadeloupéenne : des séquelles de l’esclavagisme aux velléités indépendantistes, des révoltes sociales à l’immigration massive des antillais en métropole à la fin des années soixante. A travers les pérégrinations de cette famille, c’est tout un pan de l’histoire de France qui est dépeint, souvent avec malice, acuité et toujours avec tendresse et un recul salvateur. Sans pathos, avec des mots forts et une certaine forme d’ironie, l’auteur nous parle de combativité, de résilience, de liberté et de destins chaotiques. C’est beau, enthousiasmant, c’est le premier roman d’Estelle-Sarah Bulle et c’est une petite pépite.
  • J’achète ? : Oui, sans aucun doute. Là ou les chiens aboient par la queue est un roman court, original et tonique. Un texte qui sent le soleil mais aussi la déception. Un texte où affleure le désespoir à chaque page, une oeuvre peuplée de personnages forts et marquants. Un très joli premier roman, encore une fois.

24 commentaires

  1. Je te rejoins sur la question de l’actualité littéraire. Et, hormis trois ou quatre écrivains que je suis avec assiduité, je préfère fouiner dans l’énorme, que dis-je, le gigantesque trésor de la littérature ; inépuisable, à mon sens.
    Merci Franck et bon samedi à toi !

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais déjà lu une chronique sur ce livre (et tu ne fais que confirmer l’avis positif que j’en avais lu dessus) et j’avais demandé l’explication du titre, étant assez intriguée et pensant que c’était juste un « titre-appât » pour attirer notre attention, mais en fait, pas du tout ! Il y a une réelle explication, qui renforce la curiosité qu’on peut avoir envers ce livre.

    Merci pour ta chronique 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Je n’avais pas l’intention de le lire mais étant donné qu’il était en exposition à la bibliothèque de mon quartier, je l’ai pris. Et oui, je l’ai trouvé charmant et intéressant, moi qui ne connais pour ainsi dire rien de cette partie du monde, j’ai découvert et appris avec beaucoup de plaisir.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s