Dans les angles morts

  • Titre : Dans les angles morts
  • Auteur : Elizabeth Brundage
  • Editeur : Quai Voltaire
  • Année : 2018
  • Résumé : Catherine Clare a été assassinée. Elle git dans la chambre de la fermette qu’elle et son mari viennent d’acquérir, une hache fichée dans le crâne. Dehors, une tempête de neige recouvre d’un voile blanc la campagne de cette région du nord-est des Etats-unis. Quelques mois auparavant, la maison a déjà été le théâtre d’un autre drame : le suicide d’un couple dont les trois enfants traînent aujourd’hui leur malheur dans la campagne environnante. Tant de drames dans un même lieu, tant de secrets pour une si petite communauté, des cicatrices qui marqueront à jamais le destin de plusieurs familles.
  • Mon humble avis : Décidément cette – presque fin d’année aura été riche en lectures passionnantes. Joy, Gorki, Conroy, Bulle, De Lamberterie autant de noms, autant de styles et d’époques diverses, autant d’auteurs pétris de talent et de titres fascinants. Pour parfaire ce tableau quasi idyllique, il fallait un nouveau texte fort, un texte à la hauteur des écrivains cités plus haut, un roman d’exception. Le moins que l’on puisse dire est que Dans les angles morts a répondu à mes attentes, et je vais tenter de vous expliquer pourquoi. D’abord l’écriture, un texte d’une méticulosité, d’une précision rare. Brundage ne laisse rien au hasard, ses personnages sont fouillés à l’extrême et c’est un réel plaisir de pénétrer la psyché de chacun, de partager leurs espoirs, leurs craintes mais surtout leurs traumatismes. La construction de ce roman est à l’avenant : exigeante et originale pour une histoire se déroulant sur plusieurs générations, une histoire mêlant les tranches de vie et les meurtres,  les scènes d’enfance fondatrices et d’autres presque oniriques. Car Dans les angles morts est plus qu’un roman noir, c’est un bouquin complexe, un roman ample où de multiples thèmes sont évoqués. C’est aussi un bouquin passionnant, envoutant, un livre ambitieux, contenant des portraits de femmes puissants et une description brillante de ces destins brisés, de ces vies marquées à jamais par le drame et la désagrégation des couples. Comment parler de ce titre sans évoquer la maison ? Une ferme mystérieuse, véritable personnage à part entière du roman, une habitation décrite avec poésie, un endroit inquiétant où rodent les âmes blessées. Avec dans les angles morts, Brundage fait une entrée fracassante dans le cercle très fermé des grands auteurs anglo-saxons et les nombreuses critiques élogieuses ne s’y sont pas trompées. Un magnifique roman vous dis-je…
  • J’achète ? : Sans aucun doute. Un texte sombre, qui comme son titre l’indique, porte un regard lucide et impitoyable sur les petites lâchetés du quotidien, les grandes perversions et les gestes d’amour que l’on cache. Un grand grand roman qui n’est pas sans rappeler Steinbeck, excusez du peu…

7 commentaires

  1. Je l’ai lu avec le jury du Prix des Lectrices de Elle l’an dernier. Si il avait été proposé dans la catégorie Romans Noirs plutôt que Romans, je pense qu’il aurait eu le Prix. Mais dans la catégorie Romans, il manque à cette très bonne histoire un contexte fort pour en faire un roman exceptionnel.

    Aimé par 1 personne

  2. Quand on me cite Steinbeck comme référence pour un livre je dis un grand oui à ce livre car Steinbeck c’est avec Faulkner, un de ceux que je préfère dans la littérature nord américaine 😉 Merci Franck pour ton avis éclairé ! ps: je dévore en ce moment le premier roman de David Joy que tu m’avais conseillé et j’adore !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s