Dompteur d’anges

  • Titre : Dompteur d’anges
  • Auteur : Claire Favan
  • Année : 2017
  • Editeur : La bête noire, Robert Laffont
  • Résumé : Max Ender a été condamné à perpétuité pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Emprisonné pour homicide et viol sur mineur, l’adolescent devient le souffre douleur des autres détenus. Battu, violé, humilié, Ender vit un enfer jusqu’au jour où la justice reconnait enfin son innocence. Finalement libéré et lavé de toute accusation, celui qui s’est forgé un caractère de fer derrière les barreaux, est prêt à tout pour assouvir sa vengeance.
  •  Mon humble avis : Cela faisait longtemps que j’entendais parler de Claire Favan. Dans le cercle très fermé des bons auteurs de polars français, son nom revenait sans cesse, beaucoup la considérant comme l’une des meilleurs plumes dans son genre. Qu’à cela ne tienne, et bien qu’étant la plupart du temps déçu par les romans policiers français, il fallait que je découvre les textes de cette auteure, qui trempe sa plume dans le sang et dont on dit le plus grand bien. Concentrons nous donc à présent sur le texte et sur des premiers chapitres qui ne s’embarrasse d’aucun superflu. Nous sommes ici dans l’action pure. L’écriture est simple, directe, c’est efficace et c’est surtout très bien foutu. J’ai lu ce pavé en quelques heures, pressé de revenir dans cette caravane où tout se noue, dans cette famille d’esclaves dominé par un monstre nommé Max Ender. Evidemment j’aurais préféré plus de densité, plus de profondeur dans la psychologie des personnages, j’aurais aimé plus de détails dans la conversion de ces enfants en monstres tueurs mais ne boudons pas notre plaisir. Dompteur d’anges est un roman addictif, les rebondissements se succèdent avec maestria, Cameron, dont nous suivons l’évolution de l’enfance à l’âge adulte, est un personnage marquant, un homme qui revient de l’enfer. Evidemment ce n’est pas très original pour un protagoniste de roman noir, mais ça marche et c’est l’essentiel et si Favan bâcle un peu la fin de son roman, le lecteur lui pardonnera aisément ce petit défaut tant le texte est percutant et addictif.
  • J’achète ? : Une lecture parfaite dans le genre. Haletant, percutant, distrayant, c’est à mon humble avis tout ce que l’on demande à ce type d’ouvrage. A découvrir .

24 commentaires

  1. J’aime les personnages dont l’auteur a pris soin de développer la psychologie, mais le livre devrait quand même me plaire puisqu’il ne semble pas manquer d’atouts 🙂 Ce ne sera pas pour tout de suite, mais tu me donnes bien envie de le sortir de ma PAL, le roman y traînant depuis de trop nombreux mois…

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s