Liberia

  • Titre : Liberia
  • Auteur : Christophe Naigeon
  • Année : 2017
  • Editeur : Tallandier
  • Résumé : Julius Washington est un jeune noir, journaliste débutant dans un quotidien local du Massachusetts. Né libre en 1789, dans un état abolitionniste, il ne rêve que d’aventure et de liberté. Lorsque le projet de retour des anciens esclaves sur les terres africaines se fait jour, il n’hésite pas une seconde et se joint à la traversée. S’ensuivra une vie dédiée à la création de l’état indépendant du Liberia et un combat acharné contre l’horreur de l’esclavage et de ses conséquences.
  • Mon humble avis : La création du Liberia, la cause abolitionniste ou le retour des anciens esclaves sur les côtes africaines à la fin du XIXe siècle sont des sujets passionnants, au moins passionnants pour votre humble serviteur. Sur un thème identique je garde un excellent souvenir de la lecture de American Darling du génial Russel Banks et un souvenir plus mitigé du récent Underground Railroad de Colson Whitehead. D’autres romans marquants ont traité du même sujet comme Beloved de la regrettée Toni Morrisson, le fameux Racines d’Alex Haley ou la Couleur pourpre d’Alice Walker pour ne citer qu’eux. C’est donc avec une vraie curiosité et beaucoup d’envie que je me lançais dans la lecture de ce bouquin à la réputation flatteuse. Saga somptueuse, roman marquant, magnifique fresque, voilà un bon résumé des avis glanés ça et là. Ne restait donc plus qu’à découvrir le texte, et la suite de cette chronique confirmera ces avis, avec toutefois quelques réserves qui n’entachent en rien le plaisir de lecture que m’aura procuré cet ouvrage. Liberia est une sage ample, extrêmement documentée, le genre de roman où l’on sent un immense travail de l’auteur pour coller à la réalité de ce que fut la création de cet état indépendant au coeur de l’Afrique. Érudites et brillantes, les aventures de Julius Washington ne sont jamais ennuyeuses et les dialogues reflètent avec brio et intelligence les différents courants qui existaient à l’époque quant à l’avenir de ce pays en construction. Des côtes Africaines aux ports Américains, des plantations du sud aux villes du nord des Etats-unis, rien n’est laissé au hasard par Naigeon qui aborde tous les thèmes inhérents à la traite des esclaves avec une prédilection pour les aspects humains et économiques. Jamais manichéen, encore une fois érudit, le lecteur se retrouve à la table de Jefferson, de Monroe ou de Dupont de Nemours aux côté de Julius, personnage principal de ce texte. On pourra regretter que l’aspect documentaire prenne le pas sur la fiction, surtout dans la partie centrale du roman, mais ce reproche est vite balayé par le souffle et l’ampleur de ce beau roman qu’est Liberia.
  • J’achète ? : Sans aucun doute. Nul besoin d’être féru d’histoire pour trouver un immense plaisir à cette épopée. Liberia cumule donc un grand plaisir de lecture et une réflexion complexe sur l’un des plus grands crimes que l’humanité est connue. Édifiant.

8 commentaires

  1. Une belle trouvaille. Dans le même genre, je vous propose (humblement) « Un billet d’avion pour l’Afrique » de Maya Angelou sur cette épineuse question du retour des anciens esclaves sur leur terre d’origine. Un bon cru.
    Bonne continuation

    Aimé par 1 personne

  2. OK. Je ne voulais plus rien acheter.
    Je savais que ma pile de bouquin allait combler les dix-huit prochaines années de lecture et baam. La chronique que je n’aurais jamais dû (dü/du) lire.
    Pile poil le sujet vers lequel je reviens toujours, (comme d’ailleurs je reviens toujours sur tout ce qui touche aux Amérindiens -Jim Harrison, Louise Erdrich etc).
    Alors faut il ignorer ton excellente chronique ou bondir sur ce nouveau bouquin?
    😀
    Sophie-Marie

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s