L’avion du blanc

  • Titre : L’avion du blanc
  • Auteur : Jean-Claude Brouillet
  • Editeur : iveditions.com
  • Résumé : Jean-claude a 16 ans lorsqu’il rentre en résistance. La France est alors occupée et lui n’a qu’une obsession : combattre l’envahisseur allemand. Au sortir de la guerre, fort d’un brevet de pilote, le jeune homme se lance dans les affaires. C’est dans la jungle africaine que Jean-Claude fera ses armes et qu’il deviendra fondateur et patron de la compagnie aérienne transgabon. Aventurier, baroudeur, patron d’exception, la légende de Jean-claude Brouillet est en marche.
  • Mon humble avis : L’histoire de Brouillet était digne d’un roman d’aventure. Pas étonnant donc que le grand patron – fondateur de Corsair –  prenne la plume pour raconter son destin hors du commun. Soyons clair ce bouquin ne vaut que par la force du témoignage. L’auteur n’est pas écrivain, cela se sent et il ne s’embarrasse ni de style ni d’effets d’écriture pour arriver à ses fins. Tant mieux ai-je envie de dire, car ce texte semble en tout point fidèle au caractère de son auteur : franc, direct, un peu fanfaron et jamais ennuyeux. Car la vie de Brouillet est assez incroyable. Tour à tour résistant, prisonnier de guerre, aventurier et capitaine d’industrie, l’auteur est un être à part, un casse-cou, un téméraire qui brava la jungle et ses dangers pour relier par air les différentes régions du Gabon. Dans ce texte haut en couleur, nous croisons des fous, des doux dingues capables de se poser sur des pistes d’atterrissage de fortune, des hommes capables de s’adapter à des régions qui étaient à l’époque les plus reculées du continent africain, des hommes braves et idéalistes, des précurseurs dans bien des domaines. Si l’on en croit cette biographie, Brouillet fut un homme d’honneur, une personnalité d’un autre temps, pétrie de principes nobles et altruistes. Un homme attachant, fort en gueule qui bâtit un empire et finit par se faire briser les ailes par l’administration française qui tua dans l’oeuf son rêve de créer une grande compagnie aérienne privée en métropole. Chapeau Monsieur Brouillet !
  • J’achète ? : Un destin dont auraient pu s’emparer Sulitzer ou Bellemare à leur grande époque. Un récit haletant et des anecdotes folles ponctuent ce récit. Certes Brouillet n’est pas Proust, mais sa vie méritait d’être racontée aux générations suivantes et pour les fans de récit d’aventure dont je fais partie, L’avion du blanc est un excellent moment de lecture.

10 commentaires

      1. Ce livre est LE livre qui parle le mieux du Gabon sauvage, parfois hostile mais encore secret. Bien sûr il en existe d’autres mais cette expérience est tellement extraordinaire qu’elle restera dans les mémoires. Je ne sais pas comment tu as trouvé ce roman. Au Gabon, on se le prêtait faute de pouvoir se l’acheter…

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s