Sur la route again

  • Titre : Sur la route again
  • Auteur : Guillaume Chérel
  • Année : 2013
  • Editeur : Transboréal
  • Résumé : Sur les traces de Jack Kerouac, Chérel parcourt la route qui rendit célèbre l’auteur culte de la beat génération. Durant trois mois, de New-York à San-Francisco, en passant par Chicago et Denver, il dialogue avec son illustre ainé, l’apostrophe, et pose ses pieds dans les traces de l’auteur de Sur la route.
  • Mon humble avis : J’ai connu Guillaume Chérel avec un roman qui avait eu un certain succès en 2016 : Un bon écrivain est un écrivain mort. Je n’avais pas été plus emballé que ça par ce titre, mais je m’étais promis de revenir à un autre texte de cet auteur parisien. Ma passion pour l’ouest américain et la perspective de lire un road-trip sur les traces de Kerouac me guida tout naturellement vers ce récit de voyage, quelques années plus tard. C’est ainsi que je découvris Sur la route again, un bouquin pas comme les autres, un texte drôle, fantaisiste, attachant, à l’image de son auteur, si j’en crois les quelques contacts que j’ai pu avoir avec lui. Quelle idée traversa la tête de ce grand fou de Chérel pour se frotter à un monstre sacré tel que Kerouac ? Était-ce un hommage, une expérience personnelle, un voyage initiatique ? Il me semble, à la lecture de ce bouquin foutraque et passionnant, qu’il s’agissait un peu de tout ça. Car oui, ce livre est passionnant et je l’ai lu quasiment d’une traite. L’écriture de Chérel est aérienne et on a souvent le sentiment que ce bouquin a été écrit dans l’urgence, au fond d’un bus Greyhound ou sur le béton d’un trottoir californien. N’étant pas un grand fan de Kerouac, j’ai découvert nombres d’anecdotes avec ce titre. J’ai beaucoup ri également, ri en lisant les déconvenues de Chérel, ses galères de voyage, ses galères d’argent et sa personnalité enthousiaste malgré les affres d’un périple éreintant. J’ai aussi été ému lorsqu’il évoque sa gosse et la difficulté d’être un grand enfant idéaliste dans un monde dominé par des gens convenables et responsables. Attachant vous dis-je, et je ne le répèterai jamais assez. Attachant, vivant et sans compromis, comme son auteur.
  • J’achète ? : Oui, assurément. Ce dialogue/monologue entre deux auteurs que 50 longues années séparent est vif, riche d’enseignement et jamais ennuyeux. La personnalité de clochard céleste de Chérel, sa liberté, y sont pour beaucoup et ce voyage sur les traces du grand écrivain est assurément un excellent moment de lecture.

5 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s