La loi des hommes

Titre : La loi des hommes

Auteur : Wendall Utroi

Editions : Slatkine & Cie

Année : 2020

Résumé : Jacques, employé de mairie, est chargé d’entretenir le cimetière de son village. Lors du déplacement d’une tombe, il découvre une boîte en fer contenant une liasse de feuillets rédigée en anglais. Aidé par sa fille, le cantonnier se met en tête de traduire ce qui se révélera être un document précieux : les mémoires d’un inspecteur des moeurs de Scotland Yard confronté à une affaire mettant en cause les plus hautes instances du pays.

Mon humble avis : Première lecture d’un roman de Wendall Utroi, un auteur français dont j’avais entendu le plus grand bien avant d’entamer la lecture de cette loi des hommes. Un thème attirant, une enquête dans un contexte et une période passionnante ( l’époque Victorienne ), le fait que je n’avais pas lu de polar depuis longtemps, autant de raisons qui m’ont incité à lire ce roman publié chez Slatkine. Basé sur des faits réels, le scandale de Cleveland Street qui défraya la chronique en 1889, le roman d’Utroi dresse un constat effroyable du quotidien des indigents de cette époque dans les bas-fonds Londoniens. Âmes sensibles s’abstenir, il est ici question de pédophilie, de trafics d’enfants des deux sexes, de certificat médical attestant de la virginité du produit, de violence, de domination, bref, de toutes les perversions dont sont capables certains êtres humains derrière une façade de respectabilité et d’honneur. L’enquête est palpitante, avec un petit bémol sur les allers-retours entre les époques qui pour moi n’apportent pas grand chose, mais ce n’est pas l’essentiel, la loi des hommes est un bon thriller historique, noir, poisseux et un témoignage atroce sur la condition des femmes, des homosexuels et de tous les laissés pour compte pendant l’époque Victorienne. Dans cet océan de noirceur, l’inspecteur Wallace et ses collègues sont comme des phares dans la nuit : droits, humains, ils sont la part d’humanité qui manque à cette société, une bouée d’oxygène dans cet océan de noirceur. Mention spéciale pour Wallace himself, un personnage attachant, idéaliste qui vaut à lui seul qu’on se penche sur cette oeuvre. Un bon thriller historique, encore une fois.

J’achète ? : Roman social autant que thriller historique, cette loi des hommes ne vous laissera pas indifférent. Je ne connaissais pas Wendall Utroi avant ce roman mais, à l’avenir, je serai ravi de lire d’autres textes de cet excellent auteur.

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s