L’empathie

Titre : L’empathie

Auteur : Antoine Renand

Année : 2019

Editeur : Robert Laffont

Résumé : Anthony Rauch est inspecteur à la brigade des viols de Paris. Son quotidien est bouleversé lorsqu’il se retrouve confronté à une série de viols d’une violence inouïe. S’engage alors un jeu du chat et de la souris entre celui que l’on surnomme le lézard et les forces de police.

Mon humble avis : De la violence, voire de l’ultra violence, voilà ce que nous réserve Antoine Renand dans ce polar auréolé d’une réputation élogieuse. J’avais beaucoup entendu parler de ce bouquin avant de le lire, les avis étaient dithyrambiques pour la plupart, j’avais donc hâte de me confronter à cette histoire censément effrayante et addictive. Sincèrement, je n’ai aucun souvenir d’un bouquin qui m’ait fait peur et ce texte n’aura pas dérogé à la règle mais ce n’est pas l’essentiel car il faut reconnaître à Renand un vrai savoir-faire. L’empathie entre dans la catégorie des Page-turner comme disent les anglos-saxons, ces livres qu’il est difficile de lâcher, ces polars où chaque fin de chapitre ouvre de nouvelles perspectives et pousse le lecteur à revenir au texte, jusqu’au final qui est censé être l’apothéose, la cerise sur le gâteau. Toutes les règles de ce type de roman sont respectées dans l’empathie, avec brio et minutie, il faut bien l’admettre. Les personnages sont extrêmement fouillés, cabossés par leurs expériences antérieures et les scènes d’action succèdent aux passages plus lents, où le passé des protagonistes éclaire les relations qui les lient et leurs réactions face aux actes odieux du lézard. C’est carré, bien foutu, bien que l’auteur peine à échapper à la caricature avec une galerie de personnages qui portent tous un lourd passé de fêlures et de traumatismes, idem pour le grand méchant lézard qui est une brute aux pouvoirs quasi-surnaturels…C’est un peu too much, mais là n’est pas l’essentiel me semble-t-il. L’empathie se dévore, c’est le premier roman d’un auteur dont on n’a certainement pas fini d’entendre parler, un auteur efficace qui signe une entrée fracassante dans le monde du polar français.

J’achète ? : Toutes les règles du genre sont respectées dans l’empathie : violence très violente, méchant très méchant, enquête tortueuse et maîtrisée, héros très très traumatisés par leur passé. Malgré, ou grâce à cela, voici un texte bougrement efficace qui ravira les amateurs du genre.

7 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s