SUCCESSION

Titre : Succession,

Auteur : Patrick Cargnelutti

Année : 2020

Editeur : Piranha

Résumé : Le Kimbavu est un pays d’Afrique Centrale dirigé d’une main de fer par un vieux despote sur le point de s’éteindre. La richesse du sol de ce pays proche de la région des grands lacs, sa forêt préservée, attisent les convoitises, notamment des multinationales, mais aussi de l’état français. Lorsque le dictateur s’éteint, les appétits s’aiguisent et les comploteurs n’hésitent pas à répandre le sang et la fureur pour arriver à leurs fins.

Mon humble avis : Deuxième lecture d’un roman de Patrick Cargnelutti après peace and death, un polar sorti en 2017 chez Jigal. Je gardais un bon souvenir de cette lecture, un premier roman plutôt réussi bien que dispensable et c’est avec plaisir et beaucoup de curiosité que je m’attaquais à ce Succession dont j’avais lu le plus grand bien. Au bout d’une cinquantaine de pages, je dus me rendre à l’évidence : ce second roman était d’une force, d’une densité sans commune mesure avec le premier roman de l’auteur. Succession est un roman âpre, dérangeant, un roman qui met le doigt sur les plaies qui gangrènent notre monde. Cargnelutti est un auteur révolté, ses mots sont autant de clous plantés sur le cercueil de notre monde moderne. Tout y passe : la corruption, la déforestation, le pouvoir des multinationales, l’avidité, les méfaits de la mondialisation,la perversion, tous les travers de la société mais aussi ceux des hommes qui le dirigent, c’est violent, éclairé et sans concession sans jamais être ennuyeux ou didactique. Car Succession est aussi et avant tout un grand roman d’aventure, de passion, de destins brisés. La violence morale et parfois physique y est omniprésente, la description des arcanes du pouvoir, des magouilles des grands de ce monde est implacable et il ne faut pas longtemps pour mettre des noms d’hommes politiques actuels derrière ces personnages de fiction. C’est noir, très noir, aucun personnage n’échappe à la cruauté de ce milieu, la psychologie de chacun est disséquée avec brio pour faire de ce texte une oeuvre brillante, perturbante, tout en restant difficile à lâcher jusqu’au dénouement final. Roman sur la noirceur de l’âme humaine, sur la cruauté du monde, sur les dérives du capitalisme et de la mondialisation, Succession ne laissera personne indifférent. Bravo monsieur Cargnelutti, bravo pour l’acuité, pour la volonté de dénoncer un monde qui part en cacahuète, bravo pour ce constat qui ne changera sûrement pas les choses mais qui a le grand mérite d’exister.

J’achète ? : À ton avis ? Evidemment que oui, Succession est un bon, un excellent roman.

6 commentaires

  1. Lu un commentaire un peu plus mitigé. P0eut-être le lirai-je un jour, mais il ne figure pas sur le catalogue de la BDP et je leur en ai fait déjà acheté pas mal, alors, comme mon budget perso de décembre est déjà dans le rouge…

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s