Les enchaînés

Titre : Les enchaînés

Auteur : Franck Chanloup

Année : 2021

Éditeur : Au vent des îles

Résumé : 1868, Sarthe. Victor est le cadet d’une famille de voleurs. Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, le jeune homme se voit condamné au bagne, en Nouvelle-Calédonie. Après un emprisonnement à Toulon, où il fera la connaissance de Léopold, un communard charismatique, Victor est transporté dans un bateau-cage jusqu’aux antipodes. Là-bas, en Nouvelle-Calédonie, victime de conditions de détention inhumaine, le bagnard se laisse embarquer dans un audacieux projet d’évasion.

Mon humble avis : Vous vous en doutez, j’ai beaucoup hésité avant de rédiger ce post. Délicat de parler de son propre travail, après avoir passé des années à rendre compte des textes de tant d’auteurs, à tenter de partager ma passion pour les livres, à transmettre mon enthousiasme ou mes déceptions, avec le plus de tact et de franchise possibles. Et puis, après mûre réflexion, quel autre moyen un anonyme comme votre humble serviteur a-t-il de faire connaître son travail ? Quasiment aucun, et même si cet exercice d’auto-promotion est plus que délicat, je vais tenter de le faire avec le plus d’honnêteté possible et , je l’espère, avec toute l’humilité requise pour un tel exercice. Bien évidemment, je n’émettrai aucun jugement sur la qualité du texte, j’en suis tout à fait incapable, mais je voulais juste partager avec vous le bonheur de voir l’un de mes textes publié. Car oui, il s’agit ici de bonheur, de satisfaction, d’un peu de fierté aussi, d’un rêve de gosse qui se réalise. Pour ceux qui le liront, j’espère vraiment que vous passerez un bon moment, au moins aussi bon que celui que j’ai passé à l’écrire. Mon ambition – si tant est qu’il y en ait une ! – a été de mêler une histoire trépidante à un environnement historique, plutôt méconnu en France métropolitaine. Évidemment, je ne suis pas historien, il ne s’agit pas d’un roman historique en tant que tel, je n’ai aucune prétention dans ce domaine. J’ai juste tenté de coller au plus près de l’époque et j’espère du fond du coeur que ce roman saura toucher quelques lecteurs. Je vous en touche quelques mots : Victor est un pauvre gars à l’image des milliers de déportés qui furent traînés de force dans les geôles Calédoniennes. Un pauvre hère que l’administration tente de broyer, comme l’ont été nombre de ses contemporains. Mauvais traitements, conditions de détention inhumaines, il est difficile d’imaginer aujourd’hui le sort réservé aux déportés de l’époque. À travers l’histoire de Victor, à travers les horreurs qu’il a connu, j’ai sans doute voulu rendre hommage à tous ces miséreux, aux damnés de la terre, à ceux qui, encore aujourd’hui, restent au bord de la route. Je profite de ce petit texte pour remercier Lucile, mon éditrice, et les collaborateurs de la maison d’édition Au vent des îles, mais aussi toutes les personnes qui ont oeuvré pour que les enchaînés soit présenté au public. Merci à vous tous, j’espère que ceux qui liront ce roman ( en dehors de ma famille qui va adorer, j’en suis sûr ! ) seront touchés par le destin de mon petit Victor.

J’achète ? : Alors là, je te laisse seul juge, cher lecteur.

40 commentaires

  1. En voilà une belle nouvelle (en ces temps si sombres) ! Très sincères félicitations 👏
    Pourquoi ne pas se promouvoir ? Je crois que l’on doit être fier du travail accompli, et qu’il est bien naturel d’avoir envie de partager cette joie. Après tout, et au bout du bout du compte, un auteur écrit pour être lu.
    Encore bravo ! 🙏

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis très sincèrement admirative et heureuse d’apprendre que ton roman existe et a été publié. C’est énorme!! J’ai hâte de découvrir Victor, et tout ce pan d’Histoire que je ne connais pas.
    La bise, Franck 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Je l’ai cherché et ne l’ai pas trouvé. Certainement, une erreur sur ton nom de famille. Je le commande et s’il m’a plu, en parlerai ! Bravo à toi et merci pour ta fidélité aussi ! Et surtout, sois fière de toi ! Nous les blogueurs qui faisons vivre notre passion de la lecture en écrivant nos avis, avons au fond de nous, l’amour de l’écriture. Passer le cap, n’est pas donné à tous ! Mais tu l’a fait et déjà sur ce point, fierté et satisfaction ! Bravo à toi !

    Aimé par 1 personne

  4. Salut Franck et aux14 571 lecteurs de ce blog !

    Franck, je te félicite pour ta détermination et ta capacité de travail !

    Le livre est commandé, mon libraire le reçoit le 25/3.
    Je n’ai pas bien lu l’article du blog pour ne pas savoir où je vais 🙂
    Je ferai mon retour ici même, très vite !

    Bonne lecture à tous!
    Thierry

    Aimé par 1 personne

  5. Coucou Franck, acheté hier soir… dès que j’ai fini le livre que je lis, j’attaque sa lecture ! Vraiment hâte de te lire ! 🙂 en tout cas, déjà, bravo pour ce beau BB ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Franck Chanloup nous embarque dans la peau de Victor.

    Histoire de mauvaises fréquentations dont il est dur de se défaire lorsqu’il s’agit de son propre paternel. Un paternel monte-en-l’air, poivrot et pas des plus bienveillant dans ses choix. Choix qui envoient son plus jeune fils dans l’univers impitoyable des bagnes.
    Franck signe ici un premier roman fort à la langue douce et percutante. Son jeune héros prend de l’assurance à mesure qu’il expérimente, bien malgré lui, la dureté des changements auxquels il est confronté. Lui qui, pourtant, n’a pas grandi dans la soie, se retrouve dans l’enfer carcéral de la fin du 19ème siècle. Au contact d’autres prisonniers, sur fond de misère et de révolte populaire, le jeune Victor va découvrir une autre réalité : la cruauté des autres, leur humanité parfois et n’aura d’autre choix que de survivre dans les geôles du bagne de Toulon, en attendant sa prochaine étape : le bagne de Nouméa.

    Le reste, il faut le lire, dans ce texte soupoudré d’argot et d’émotions, d’idées sur la liberté et l’amour, sur ce que c’est que de grandir trop vite, mal entouré et avec trop peu d’outils pour faire face sans courber l’échine.

    Les enchainés est un roman qui vous happe, un roman qui se lit d’une traite et qui vous envoie un uppercut au menton. Roman d’apprentissage à la dure.

    Papillon, le Comte de M. et Le Breton ont un nouveau compagnon sur mes étagères.
    Bon vent à toi, Victor.

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour Franck

    Je ne te connaissais pas et puis, comme je suis partenaire d’Au vent des îles, Christian m’a confié ton livre en insistant plus que d’habitude.
    Je viens de le reposer et, après avoir laissé à mon rythme cardiaque le temps de redescendre, je me sens capable de partager mon expérience. Comment dire ? Les enchaînés n’est pas un grand livre. Non, c’est un TRÈS grand livre, un de ces bouquins qui marquent et qu’on n’oublie pas.
    Quand j’ai lu le thème, ça m’a tout de suite fait penser à Papillon, que j’avais beaucoup aimé quand j’étais ado. C’est dur Papillon, mais à côté des Enchaînés, c’est un peu comme une bluette de la Comtesse de Ségur.
    On est happé par l’histoire de Victor, on souffre avec lui, on survit avec lui et on ne lâche pas le livre jusqu’à la fin.
    Merci de m’avoir procuré autant de plaisir avec, en bonus, la découverte de ton blog où je vais fureter pour chercher des idées.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s